Discours à l’Université de Pékin de Bernard Cazeneuve

En visite en Chine du 21 au 23 février 2017, à l’invitation de son homologue Li Keqiang, le Premier ministre français Bernard Cazeneuve était à l’Université de Pékin pour parler avec la jeunesse chinoise d’une France attractive le 21 février.

«En 2016, plus de 1,6 million de voyageurs chinois sont venus en France, en faisant de notre pays la destination européenne la plus appréciée des touristes chinois, a déclaré le Premier ministre français. De nombreuses mesures sont prises pour réserver aux Chinois le meilleur accueil et une sécurité maximale durant leur séjour. Il est désormais possible de bénéficier de conditions d’obtention de visa modernisées en 48 heures voire 24 heures ; nous avons ouvert 9 centres supplémentaires pour obtenir les visas et nous souhaitons faciliter la venue en France des étudiants, des hommes d’affaires, des intellectuels, des chercheurs, et des touristes chinois».

Cazeneuve-Pekin-Lemaire-vin-chine-hebdoPlusieurs dirigeants comme Deng Xiaoping et Zhou Enlai ont fait des études en France. Selon Bernard Cazeneuve, il existe en France une tradition d’accueil privilégiée pour les étudiants chinois ; la France propose des doubles diplômes et des formations professionnelles ; elle est leur 2ème destination européenne. «La langue française représente pour eux un intérêt particulier, puisqu’elle leur donne accès à un espace francophone de 285 millions de personnes sur 5 continents», a souligné Bernard Cazeneuve.
«Chers étudiants de l’Université de Pékin, vous représentez tous et toutes ici l’avenir de votre pays. Et c’est la raison pour laquelle je crois important de vous adresser ce message de confiance dans la qualité des relations qu’entretiennent nos deux pays, mais aussi dans la crédibilité de cette relation de confiance. J’espère bien entendu qu’un très grand nombre d’entre vous se décidera à poursuivre sa formation dans une université française», a conclu le Premier ministre français.

Bernard Cazeneuve s’est entretenu avec le président chinois Xi Jinping, avec le Premier ministre Li Keqiang et avec le président du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire Zhang Dejiang. Bernard Cazeneuve s’est déplacé à Wuhan, au laboratoire P4 de virologie, exemple emblématique de la qualité de la relation franco-chinoise en matière de recherche scientifique et de santé. Wuhan est jumelée à Bordeaux.

Mais ce qui intéressait le plus les résidents français en Chine est la reconnaissance des permis de conduire entre la France et la Chine. Jusqu’à présent, ils devaient passer l’examen du code de la route chinoise avant d’obtenir un permis de conduire en Chine. Avec l’accord du 23 février 2017, cela ne sera plus nécessaire.
Photo © Zhang Pingping/China.org.cn

Lire le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits, dont 138 châteaux bordelais. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Mises à jour régulières de la version numérique 8€, et tous les 3 mois pour la version papier 20€, en vente en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

Publié dans Chine, France | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Hubert de Boüard Consulting – 80 vignobles dont 4 chinois

Bouard-logo-Lemaire-hebdo-vin-chine6 vignobles rejoignent Hubert de Boüard Consulting fin février 2017.
2 sont des propriétés chinoises.

Grâce à sa lumière si particulière, ses vignes de coteaux et ses vieilles pierres, Château Plain-Point, à Saint-Aignan impose le sentiment d’harmonie des grands terroirs.
Yuzhu Shi est milliardaire grâce à la création de jeux vidéo sur internet (Giant Interactive Group Inc). Il est né en septembre 1962 dans la province de l’Anhui ; il est diplômé en mathématiques et en ‘’génie logiciel’’. Cet ingénieur est la 32ème personne la plus riche de Chine continentale, et le 719ème du monde.
Château Plain-Point a été acheté en avril 2013 par l’actrice chinoise Zhao Wei et Yuzhu Shi. Il a été vendu par Jocelyne et Michel Aroldi qui avaient offert au vignoble l’expression raffinée et aboutie de son terroir. Situé au centre et au sommet (au plein poing) de son domaine de 55 hectares, le château domine les vallées de l‘Isle et de la Dordogne. Sur une ancienne Place-forte vieille de mille ans, la demeure actuelle a été édifiée au XVème siècle et restaurée au XIXème siècle.
Le vignoble compte 35 hectares de vignes en appellation Fronsac. Ces dernières années, son 1er vin produit sur 18 hectares a trôné sur les plus grandes tables. Lors du rachat, l’équipe française n’a pas souhaité rester au château.

Plain-Point-Lemaire-hebdo-vin-chineYuzhu Shi possède 2 parcelles intégrées aux vins de château Plain-Point : Château Moulin des Tourelles et Château La Fontaine. Il a aussi acheté Château Chadenne et Château Haut-Mazeris
Le domaine viticole de Yuzhu Shi totalise 79 hectares en Fronsac.

Château de Sours, à Saint-Quentin-de-Baron, a un vignoble de 80 hectares qui produit environ 500 000 bouteilles par an. Ce château met surtout en avant sa production de rosé pétillant.
Château de Sours appartient à Jack Ma qui a également acheté Château Pérenne, Château Guerry et Château Moulinet, 4 appellations différentes.
Jack Ma est le géant chinois du commerce électronique avec Alibaba. Il s’est imposé comme une figure emblématique en Chine, chef d’entreprise distingué parmi les plus influentes au monde. Il a 53 ans. Le groupe Alibaba a été introduit en Bourse le 19 septembre 2014 : Jack Ma est le 2ème milliardaire de Chine après Wang Jianlin.
Jack Ma distribue ses vins avec Cellar Privilege, la Marque de négoce créée début 2016 par des propriétaires chinois en bordelais.
Jack Ma a acheté Château de Sours en février 2016. Le vignoble de 80 hectares est en appellation Bordeaux : La Source est la cuvée spéciale. Château de Sours Rosé a été décrit par le Times comme ‘’une Rolls Royce’’ ; le rosé effervescent repose dans le labyrinthe des caves souterraines de calcaire qui datent de 1785.

Sours-Jack-Ma-Lemaire-hebdo-vin-chineLes châteaux Bernadotte et Trianon, propriétés chinoises, sont également conseillés par Hubert de Boüard.

Les 4 autres nouveaux de Hubert de Boüard Consulting

Château Auguste, situé à Saint-Aubin-de-Branne dans l’Entre-deux-Mers a été racheté par l’homme d’affaire américain Tom Sullivan déjà propriétaire des Châteaux Gaby, Moya et du Parc. La propriété a entamé une démarche de culture biologique ; l’ambition de Tom Sullivan est de produire 30 hectares en Bordeaux Rosé d’excellence nommé Dancing mermaids.

Château Tour des Termes, à Saint-Estèphe, appartient depuis 5 générations à la famille Anney. Ses 15 hectares ont la certification Terra Vitis depuis 2015, référence nationale qui engage la propriété́ dans le respect de l’environnement pour une viticulture durable, l’abandon des désherbants et le retour au labour des sols. Le château figure parmi les meilleurs Cru Bourgeois de l’appellation.

Les vignobles Zanini ont 100 hectares de vignes certifiées dans le canton du Tessin, à Sottoceneri en Suisse. Hubert de Boüard conseille ses 2 domaines viticoles, Domaine Vinattieri et Castello Luigi, le plus exclusif et le plus cher des crus d’exception tessinois.

La mission des œnologues d’Hubert de Boüard Consulting

Elle repose sur la recherche d’équilibre, la mesure et la justesse apportées à chaque vignoble, chaque vin : s’appuyer sur des analyses œnologiques pour accompagner les propriétés dans une production au plus juste de leur cru – Expression et Reflet de leur terroir.
Véritable vivier de recherches, la propriété La Fleur de Boüard, et son laboratoire d’analyse œnologique, est un lieu d’exploration expérimentale pour les propriétés membres du Consulting.
Avec 80 vignobles conseillés à Bordeaux, en France et à l’étranger, Hubert de Boüard Consulting est un des acteurs majeurs parmi les consultants de la région bordelaise.
Hubert de Boüard Consulting BP n°7, 33500 Pomerol Tél : 05 57 48 59 12 www.hubertdebouardconsulting.com

Fleur-Boüard-1-Lemaire-hebdo-vin-chine
Textes extraits de le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits, dont 138 châteaux bordelais. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Mises à jour régulières de la version numérique 8€, et tous les 3 mois pour la version papier 20€, en vente en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

Publié dans Bordeaux, Chine, France, le Vin | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Romanès Cirque Tzigane à voir absolument

Romanes-3-lemaire-hebdo-vin-chineRomanès est le seul cirque Tzigane d’Europe

«Nous nous sommes rencontrés Alexandre et moi en 1992 sur le campement tzigane de Nanterre, dit Délia. Notre Cirque Tzigane Romanès est né en 1994.»
Un tourbillon d’émotions, de grâce et de couleurs : contorsion, trapèze, ruban, cerceaux, funambule… Les danses flamenca et tziganes sont accompagnées par un orchestre de Transylvanie, violon, guitare, contrebasse, accordéon et le chant de la gitane.
Au milieu de ces joyaux, il y a les cinq filles de Délia et Alexandre, fées envoûtantes qui font battre les cœurs au rythme des Balkans. Les cousins et cousines partagent la fête fraternelle, guidées par la force d’un Peuple d’où jaillit une pluie d’Amour. «Plus qu’un spectacle, il y a dans notre famille un souffle de vivre !»

A Bordeaux jusqu’au 19 mars 2017
LA LUNE TZIGANE BRILLE PLUS QUE LE SOLEIL

Romanes-01-Lemaire-hebdo-vin-chineRomanes-02-Lemaire-hebdo-vin-chineSoirée de soutien pour le Cirque Tzigane Romanès le vendredi 10 mars 2017 à 19h30
organisée par Diversity Emancipation.
Parce que le patrimoine culturel immatériel des pratiques et expressions tziganes est menacé.
Parce que les groupes familiaux tziganes, sont depuis de longues années des minorités maltraitées en Europe,
Parce que des événements récents ont porté atteinte à l’intégrité morale et matérielle du Romanès Cirque Tzigane.
Le spectacle sera suivi d’un échange avec Délia et Alexandre Romanès.
Une auberge espagnole sera prévue, chacun apportant un plat et une bouteille.
Tarif minimum de 10 € … et plus pour ceux qui le souhaitent.

Romanes-03-Lemaire-hebdo-vin-chine
Romanes-04-Lemaire-hebdo-vin-chineRomanes-05-Lemaire-hebdo-vin-chineRomanes-06-Lemaire-hebdo-vin-chineLa tribu Romanès présente son super spectacle au Parc des Angéliques, quai des Queyries face à Darwin.
Renseignements et réservations : 01 40 09 24 20 ou 06 99 19 49 59 cirque.romanes@wanadoo.fr www.cirqueromanes.com

Alexandre Romanès est aussi poète, édité aux Editions Gallimard
Les corbeaux sont les Gitans du ciel 2017
Un Peuple de Promeneurs 2011
Sur l’Épaule de l’Ange 2010
Paroles Perdues 2004

Romanes-1-lemaire-hebdo-vin-chine

Publié dans Bordeaux | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Les accords mets vins difficiles

Les accords faciles : une viande saignante avec la quasi-totalité des vins rouges, un poisson au four avec la plupart des vins blancs. Certains aliments rendent les accords difficiles, voire impossible. Voici quelques ennemis du vin.

La vinaigrette
Le vinaigre cru est un des pires ennemis du vin… Et dans leur combat, ce n’est jamais le vin qui l’emporte… Sur une salade verte, carottes râpées, concombre, betterave rouge, céleri rémoulade Asperge-lemaire-hebdo-vin-chineassaisonnées mieux vaut s’abstenir de tout vin.

Les légumes servis seuls
Une poêlée de chou ou de brocolis, avec leur amertume un peu marquée et leur texture très végétale vont tuer le moindre vin, comme l’artichaut. Des haricots verts au beurre, des épinards ou des petits pois ne vont pas mieux. La pomme de terre est plus neutre, un vin blanc sec simple pourra l’accompagner mais sans génie. L’asperge marquée par l’amertume aimera l’acidité et le fruit du riesling alsacien et du chenin de Loire pour la blanche, le muscat d’alsace sec ou le condrieu pour la verte.

Oeuf-Lemaire-hebdo-vin-chineLes œufs
Ils lui donnent un goût métallique désagréable qui sera plus acceptable avec un vin blanc sec qu’avec un vin rouge. Une omelette cuisinée avec un ajout marqué, aux truffes ou à la ratatouille, pourra accepter un vin blanc ou rouge, l’œuf étant masqué par le goût puissant de ce qui est incorporé à la préparation.

L’ail
Ajouté à une viande rôtie, fondu dans le jus de cuisson, il ne posera pas de problème particulier. Par contre, quand il est peu cuit ou cru comme dans le beurre d’escargot, la sauce de l’ailloli ou dans des crudités, il tuera tous les vins.

Tomate-Lemaire-hebdo-vin-chineLa tomate
Crue, la tomate s’apparente aux autres crudités, une forte acidité en plus. Elle est donc difficile à marier avec un vin même sans vinaigrette. En revanche la tomate cuite peut être accompagnée d’un vin rouge peu acide car, même cuite, la tomate reste acide ; un rouge du Rhône sud ou du Languedoc.

Epice-lemaire-hebdo-vin-chineLes épices
Un plat épicé peut tuer un vin comme sublimer un accord, mais un plat trop épicé tuera n’importe quel vin. En revanche une cuisine très parfumée et raisonnablement piquante pourra s’accorder. Sur la cuisine chinoise ou surtout thaïe les vins rouges sont à proscrire ; des vins blancs secs mais puissants pourront faire le match, voire des vins légèrement sucrés comme dans la Loire (Vouvray et Mont-louis) ou en Alsace.

Quant au fromage, pensez aux vins blancs secs et moelleux.
Les chèvres pour les secs de Loire et le chablis, un champagne pour le camembert et le brie. Les bleus aiment les moelleux ou le porto. L’époisse et le munster avec un Alsace ou de la bière forte. Un beaufort avec le Meursault et les Tomes pour les blancs du Jura.
Le Saint-Nectaire aime le Bordeaux rouge.

Lire le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits, dont 138 châteaux bordelais. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Mises à jour régulières de la version numérique 8€, et tous les 3 mois pour la version papier 20€, en vente en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

Publié dans France, le Vin | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le restaurant Dubern et Château Renon – Yunjie Zhou à Bordeaux

Le restaurant Dubern et Château Renon – Yunjie Zhou à Bordeaux

Renon-Dubern-1-lemaire-hebdo-vin-chine-bordeauxChâteau Renon

Cette propriété a été repérée par Yunjie Zhou, dit Monsieur James, en décembre 2014 et acquise en mars 2015.
Ce château appartenait à la famille de Lur Saluces puis à la famille Belliard depuis 2002. La transaction a été effectuée par l’agence Maxwell-Storrie-Baynes.
Le bâtiment a été construit en 1802 ; ses caves datent du XVIème siècle ; l’écurie a été rénovée en 2002 ainsi que la demeure par un expert du Feng shui. Le château est entouré d’un parc de 5 hectares et de 8 hectares de vignes en appellation Cadillac Côtes de Bordeaux. Ce vignoble ne produisait plus de vin lors du rachat ; il a été réhabilité en 2016 pour une nouvelle production et le bâtiment a été restauré. Le château est devenu la résidence secondaire de la famille. La crémaillère d’achat avait été pendue le 16 juin 2015, lors d’une soirée de gala pendant le salon Vinexpo Bordeaux.
Château Renon 532 route du Moulin à Vent 33550 Tabanac
Le château est à 25 kms au Sud de la ville de Bordeaux.

Renon-Dubern-9-lemaire-hebdo-vin-chine-bordeauxRenon-Dubern-8-lemaire-hebdo-vin-chine-bordeauxYunjie Zhou

Alias Monsieur James, 56 ans, il préside la société d’emballages ORG Packaging à Shenzen ; cotée en bourse, elle emploie 3000 personnes. Monsieur Zhou est le propriétaire depuis 2008 du domaine viticole Sunshine Creek en Australie dans la Yarra Valley. Il possède également un club d’escrime et un club de Polo à Pékin. Il est propriétaire du club de football de ligue 2, l’AJ Auxerre depuis octobre 2016…et de Dubern.

Dubern-restaurant-lemaire-hebdo-vin-chineDubern

fermé depuis l’été dernier, a été racheté en décembre 2016 par Yunjie Zhou. Après de nouveaux travaux, l’emblématique table bordelaise rouvrira fin 2017.
Le restaurant a été créé en 1894. Isabelle et Pierre Dupuy Schoell l’avait acheté en septembre 2010. Le fonds de commerce a été acquis par Yunjie Zhou. Le couple a rencontré Monsieur James lors du dernier Vinexpo Hong Kong ; «il aura les moyens de pérenniser Dubern et de viser le haut de gamme, » dit-il. Charline Xu, la bras droit du propriétaire chinois, assure que ce dernier «tient à l’identité historique du lieu où sont passés de grands chefs». Il s’offre une place de choix au centre-ville de Bordeaux pour commercer, inviter ses clients et amis.
Dubern 44 allées de Tourny 33000 Bordeaux Tél : + 33 (0) 5 56 79 07 70

Lire le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits, dont 138 châteaux bordelais. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Mises à jour régulières de la version numérique 8€, et tous les 3 mois pour la version papier 20€, en vente en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

Publié dans Bordeaux, Chine, France, le Vin | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

un Œnologue français en Chine. Hommage à Gérard Colin

un Œnologue français en Chine. Hommage à Gérard Colin

Souvenirs avec Gérard; interview et texte extraits de mon livre le Vin, le Rouge, la Chine

Dans les années 1990 en Chine, 15 millions de quintaux de céréales étaient utilisés pour produire de l’alcool : le jiu. Pour restituer à cette céréale sa fonction première : être consommée au lieu d’être bue, le Gouvernement a relancé la culture de la vigne en 1987. 600 vignobles pour 400 000 hectares de vignes ont été plantés mais sans véritable notion de terroir ou de qualité : juste pour faire du vin, le désinhibant qui préserve le lien social.

Gérard Colin, œnologue bordelais, a amélioré Grace Vinyard, le vignoble de Monsieur CK Chan, chinois de Hong Kong et de sa fille Judy Leissner qui préside l’exploitation.

Monsieur Chan a fait fortune grâce au charbon du Shanxi. Le Shanxi est une région à l’Est du plateau de lœss formé par le fleuve jaune ; c’est un mélange de fines parcelles de sable du désert de Gobi, de calcaire, d’argile et de débris organiques, que des vents réguliers emportent sur de grandes distances ; le lœss constitue une terre extrêmement fertile.
En 1995, Monsieur Chan a créé Grace Vineyard et ses 80 hectares de vignes. Grâce à Gérard Colin, un des premiers étrangers reconnus à faire du bon vin en Chine, la première année a été médaillée lors de concours internationaux.
J’ai rencontré Gérard en février 2006 :

Il est 10h30. Dans le chai, Gérard Colin goûte un cabernet sauvignon 2004. Tous les matins il fait la tournée des 40 cuves avec Liang et une stagiaire de 18 ans qui apprend à goûter. Nos verres se remplissent d’un merlot qui pique parce qu’il est plein de gaz carbonique. Un vrai fruit ! Il ressemble à un jus de raisin. «J’ai respecté la matière première ! C’est ce qu’on recherche de plus en plus : arriver à faire s’exprimer le fruit au maximum.» En 2001, Liang ne connaissait rien au vin ; il est devenu le maître de chai de Gérard. Les hommes, huit chinois, s’activent ; ils sont logés à la vignerie, leurs familles habitant à une bonne heure de route. Nous goûtons, à même les barriques en chêne américain, français ou hongrois. Gérard Colin a fait des essais avec des barriques chinoises : elles sont belles, beaucoup moins chères mais n’apportent rien au vin, dit-il. Il a contacté un nouveau fournisseur bordelais. Liang remue le verre, renifle, boit, crache et acquiesce. «Liang est une pure merveille ! s’exclame Gérard. La plus belle chose qui me soit arrivé ici c’est d’avoir rencontré ce mec ! »
Au magasin nous nous installons devant des carnets de dégustation pour évaluer apparence, limpidité, goût, persévérance, odeur, intensité, franchise…d’un vin brut de cuve ou filtré.  Chenin et chardonnay, cabernet et merlot…Tout ces cépages me tournent la tête. La discussion bat son plein entre Gérard, Liang et le directeur de la vignerie. A cette époque, les 500 000 bouteilles annuelles de Grace Vineyard sont distribuées en Chine uniquement, par le célèbre espagnol Miguel Torres. Pour l’entreprise familiale hongkongaise c’est un prestige que d’être conseillée par un Français ; Gérard est sur les catalogues et toutes les notes d’informations sur Grace Vineyard ; il est mentionné sur les étiquettes des vins. Il a même vu sa photo sur la plaquette d’un vignoble qu’il n’avait pas conseillé !

Gérard a commencé le travail de la vigne à 19 ans en 1962, à Saint-Emilion ; il est passé par toutes les filières du métier.
Monsieur Chan connaissait sa réputation et avait goûté son travail. Il ne s’est pas trompé. «Dès la première année nous avons eu des médailles de qualité à Paris, Bordeaux et Shanghai.».
Susan Johanna Jakes, la correspondante du Time (célèbre hebdomadaire américain), arrive de Pékin pour interviewer Gérard. «J’aimerais créer un vin 100% chinois, avec une variété de raisins chinois, lui dit-il. Greatwall, Dynasty, Dragon seal sont des vins issus du cabernet mêlé à d’autres cépages. Moi, je préfère travailler sur des petits vignobles, comme un produit de luxe, l’artisanat d’art. Chaque œnologue fait un vin différent et on ne fait pas du vin pour soi ; on s’adapte à l’évolution des goûts.»

Colin-4-lemaire-hebdo-vin-chine
Il est midi. Pour l’apéritif, Gérard propose du vin de noix… Le fromage nous manque. «J’adore le fromage de chèvre mais avec du vin blanc, du sancerre ou du pouilly fumé, me dit Gérard Colin, du munster avec un vin d’Alsace, du camembert avec du cidre, du roquefort avec un Porto…Je crois très moyennement à l’association mets-vins ; c’est du snobisme. Lorsque je fais du vin, je pense à son goût à lui et pas aux nouilles ou au tofu que mangent les Chinois. Je cherche à faire du bon en priorité. La cuisine chinoise s’associe mal au vin, car avec 18 plats servis au centre de la table et picorés à tout va, les seules boissons qui s’adaptent sont l’alcool, le thé ou la bière ; le seul vin qui peut passer c’est le blanc, un muscat proche du vin jaune chinois, un vin oxydatif… acide et sucré : ils vont parfaitement avec ces mélanges de plats. Mais la couleur rouge étant le symbole de fortune et du bonheur en Chine, elle produit peu de vins blancs. Je propose des associations mets-vins à certains restaurants qui servent à l’assiette.»

Gérard poursuit : «Un litre de Bai Jiu c’était les 1 000 calories indispensables aux ouvriers chinois, leur carburant ; ils ne mangeaient pas de viande tous les jours mais ils étaient ivrognes. Et là où les travaux de force n’existent plus, ce vin n’a plus de raison d’être. Le Français est passé de 150 litres de consommation de vin par an, à 50 litres en l’espace de 30 ans. Aujourd’hui, le Chinois boit 33 litres de bière par an, zéro il y a 20 ans parce qu’il buvait du Bai Jiu ; le thé est délaissé au profit des soft drinks etc… Nous sommes dans des produits de mode plus que de culture ou de tradition. Pour apprécier le vin, il vaut mieux être servi à l’assiette. Et ça n’empêche pas la convivialité.»

Nous partons pour la promenade digestive dans le vignoble. Il fait très froid sous un soleil étincelant et la température va atteindre -25° jusqu’à fin mars. Le cycle végétatif court limite le choix des cépages. Les sarments ont été achetés en avril 1997 à un pépiniériste charentais. Avec Jiang Jingzhong, Gérard Colin contrôle la taille. «La vigne est une liane. Les Chinois n’ont pas la culture des plantes pérennes, or, la taille entraîne du long terme ; avec une mauvaise taille, on ne peut pas plier les bois et envisager une mécanisation ; de plus, à cause du climat, nous devons enterrer les pieds de novembre à avril.» En se relevant, Gérard s’exclame : «Regarde ce Lœss ! C’est magnifique, Je pense qu’il n’y a pas de grand vin sans un bel environnement.» Le domaine de Grace Vineyard est loin de tout, à une heure des villes de Ping Yao ou de Taiyuan et je tire mon chapeau à Gérard de rester ici plusieurs semaines d’affilée, même s’il dit aimer ‘’être seul’’.

Après cet entretien de 2006, Gérard a quitté Grace Vinyard pour Lafite Rothschild.
Grace Vinyard est devenu l’un des vignobles les plus réputés de Chine. En juin 2012, Judy Leissner, sa Présidente, a été nommée ‘’the Asian Wine Personality of the Year”, un prix pour sa contribution dans le vin : elle a mis en valeur le potentiel de la qualité des vins chinois.
Après son travail pour château Lafite, Gérard Colin a développé un vignoble en agriculture BIO dans la région du Xinjiang, à Turpan, sur la route de la soie.
Depuis 2014, il créé un nouveau complexe oenotouristique dans le Shandong pour Monsieur Chen (en photo lors de sa visite à Saint-Emilion).

Colin-2-lemaire-hebdo-vin-chineColin-3-lemaire-hebdo-vin-chineColin-1-lemaire-hebdo-vin-chineGérard est décédé d’une crise cardiaque le 8 février 2017. Il était un grand œnologue qui me manque déjà.
« Merci pour ton accueil chaleureux en 2005, tes visites épicuriennes et amicales aux Noëls à Saint-Emilion, ton nez, tes rires, ton humour, ta compréhension ». Lolo

Publié dans Bordeaux, Chine, France, le Vin | Marqué avec , | Laisser un commentaire

une Ecole franco-chinoise en Alsace pour le Commerce du vin

En Alsace, les cours de l’Académie internationale du vin sont programmés pour la rentrée 2018 – commerce, gestion, production du vin et restructuration des vignobles.

«Je me suis rendu compte de la nécessité d’ouvrir une formation dans le domaine du vin français et plus particulièrement alsacien qui souffre de son image, surtout à l’export», explique Dominique Destouches, président du négoce VPCF Vins de propriétés et châteaux de France. Il n’existe à l’heure actuelle aucune école qui enseigne la gestion et la vente du vin». Ce constat le provoque : Dominique Destouches projette d’installer une Académie internationale du vin à Landersheim dans le Bas-Rhin, dans des locaux vacants de l’équipementier sportif Adidas. Il s’est donc associé à Marc Rinaldi, homme d’affaires alsacien multi-cartes, propriétaire du Domaine Martin Schaetzel près de Colmar, et à Chengqing Sun, homme d’affaire dans l’immobilier et la finance en Chine. «L’objectif est de former les futurs cadres de l’économie du vin» précise Marc Rinaldi.

Alsace-ecole-vin-lemaire-hebdo-chineMarc Rinaldi et Dominique Destouches, 2 des 3 actionnaires du projet, entourent Yu Baugé, nièce de Chengqing Sun et future directrice administrative de l’Académie internationale du vin. Photo © DNA – G.E.

«L’enseignement sera dispensé par des professeurs d’université et des professionnels. A son issue, l’étudiant aura un diplôme universitaire et un vrai métier».
La 1ère promotion est prévue pour septembre 2018 ; 100 étudiants, dont 40 Chinois, suivront les cours de cette formation dans les locaux de la Maison de l’emploi et de la formation de Saverne. «Il s’agira d’une année de rodage pour prendre de l’expérience», dit Dominique Destouches.
Les effectifs augmenteront à 300 étudiants pour la rentrée 2019, et 600 pour 2020.
Les candidats seront alors sélectionnés sur leur passion pour le vin, leur curiosité, leur recherche de l’excellence et leur «bon sens paysan». Ils débourseront entre 10 000 et 20 000 euros, logement et stages compris, pour intégrer l’Académie ; le siège se situera alors dans le bâtiment Adidas, à Landersheim. La moitié des places reviendra à des étudiants chinois.

Le pari des 3 investisseurs est que ces étudiants deviennent, dans le monde et notamment en Chine, les ambassadeurs des entreprises qui les auront accueillies, des vins français et des vins d’Alsace en particulier. Les 3 investisseurs espèrent placer les appellations viticoles alsaciennes sur de nouveaux marchés. «Il y a une véritable opportunité d’exporter nos vins alliés à leur gastronomie», se réjouit Dominique Destouches.

Lire le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits, dont 138 châteaux bordelais. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Mises à jour régulières de la version numérique 8€, et tous les 3 mois pour la version papier 20€, en vente en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

Publié dans Chine, France, le Vin | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Le Vignoble de la Géorgie à La Cité du Vin de Bordeaux

Géorgie 00 Signature Cité du vin LemaireA La Cité du Vin de Bordeaux. chaque année un vignoble étranger sera  invité : celui de la Géorgie ouvrira le bal.

Pendant 6 semaines en juillet et août 2017, le vignoble de la Géorgie sera l’invité d’honneur, avec ses nombreux cépages autochtones et leurs kwevris, ces jarres en terre cuite de 800 à 3500 litres, qu’ils enterrent pendant la vinification – cette technique, toujours en cours, est inscrite au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO.

Géorgie 02 Kvevri (c) Ernest Chantre 1881 LemaireGéorgie 06 Kewies drink the world copie

Otar Daniele Ministre de l’agriculture de la Géorgie, est venu à Bordeaux fin février 2016 pour signer le contrat de co-organisation entre l’État de Géorgie et la Fondation pour la culture et les civilisations du vin, présidée par Sylvie Cazes.
La présentation du vignoble de Géorgie et les ateliers de dégustation seront entourés d’œuvres d’art du pays.
La viticulture en Géorgie est l’une des plus anciennes du monde (8000 ans). Le vin de Géorgie est blanc, rouge, rosé, pétillant, mais le rouge demi-doux voire doux est un classique. Les 100 000 hectares de vignes sont implantés essentiellement dans la Kakhétie. Délaissées sous l’URSS, les méthodes de vinification ancestrales sont remises au goût du jour par quelques vignerons.
La Cité exposera des cornes à boire, des céramiques de grappes et des statuettes en bronze de personnages en train de boire. « Il s’agit de défendre, valoriser et transmettre la dimension culturelle du vin, tout en le rendant accessible au plus grand nombre » dit Philippe Massol, directeur de La Cité du Vin.

Coté Arts, Véronique Lemoine responsable scientifique de la Fondation, espère les présences de Merab Mikeladze et de David Lordkipanidze directeur du Musée National de Géorgie, ainsi qu’une collaboration avec les collectionneurs du pays.

Géorgie 03 Fête avec un organiste Niko Pirosmani LemaireLe peintre Niko Pirosmani (1862-1918) s’est largement inspiré de la vigne et du vin, des banquets et des doukanis : les tavernes de Tbilissi (la capitale) étaient un haut lieu de la vie nocturne où le vin coulait à flots. Les chakrulo sont des chants polyphoniques masculins chantés à capela ; à la fin des banquets (les soupras), les hommes ivres gardent tenue et dignité car l’ébriété est honteuse en Géorgie.

Georgie-livre-lemaire-hebdo-vin-chinePhotos : Signature @ Cité du Vin
Kvevri pour la conservation du vin en Kakhétie © Mission scientifique d’Ernest Chantre en 1881
Kvevris enterrés © Drink the world L’art du Kvevri
Carte de la Géorgie © Saveurs de la Géorgie
Une oeuvre de Niko Pirosmani et Fête avec l’organiste Datiko Zemeli (1906) de Niko Pirosmani © State Art Museum of Georgia, Tbilissi Géorgie

Lire aussi le livre de Pascal Reigniez Au pays de la Vigne et du Vin, la Géorgie (Ed. les Indes savantes sept 2016).

Lire le Vin, le Rouge, la Chine sur les investissements des chinois dans les vignobles français, 145 à ce jour. www.levinlerougelachine.com

Publié dans Bordeaux, France, le Vin, les autres pays | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Le Figaro – les Chinois investisseurs par Laurence Lemaire

Article de Stéphane Reynaud – itv de Laurence Lemaire
Les Chinois investisseurs dans les vignobles bordelais
Le Figaro du 4 février 2017

Le-Figaro-Lemaire-hebdo-vin-chineLire : http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-bordeaux/o129813-laurence-lemaire-a-bordeaux-les-chinois-ne-font-plus-peur

Lire le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits, dont 138 châteaux bordelais. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Mises à jour régulières de la version numérique 8€, et tous les 3 mois pour la version papier 20€, en vente en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

Publié dans Bordeaux, Chine, France, le Vin | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Exposition Bistrot ! De Baudelaire à Picasso

Exposition Bistrot ! De Baudelaire à Picasso

Forte d’une centaine d’œuvres, cette exposition met en lumière le rôle essentiel des cafés et des bistrots dans la société, de la fin du XVIIIème siècle jusqu’à nos jours. Elle célèbre les liens féconds entre le monde des arts et le monde du café, du buveur solitaire à la scène de séduction. Les artistes ont cherché à exprimer leur temps – Louis Aragon, Jean Béraud, Charles Camoin, Robert Doisneau, Raoul Dufy, André Masson, Pablo Picasso, Jean-François Raffaëlli, Patti Smith etc…

Du 17 mars au 21 juin 2017 à La Cité du Vin www.laciteduvin.com

Petite-Lina-Bistrot-exposition-Lemaire-vin-chineCharles Camoin La petite Lina, 1907 Huile sur toile, 66 x 55 cm Marseille, musée Cantini
© Photo Claude Almodovar et Michel Vialle © ADAGP, Paris 2016
Photos diverses © dossier de presse Cité du Vin

Bistrot-02-Cite-vin-Lemaire-hebdo-chineBistrot-03-Cite-vin-Lemaire-hebdo-chine
Lire le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits, dont 138 châteaux bordelais. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Mises à jour régulières de la version numérique 8€, et tous les 3 mois pour la version papier 20€, en vente en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

Publié dans Bordeaux, France, le Vin | Marqué avec , , | Laisser un commentaire